Quand il reste les souvenirs

Crédits : Pamela N. Martin

Crédits : Pamela N. Martin

Le jour de Noël, le téléphone qui sonne pour prévenir qu’une tante ne va pas bien. C’est son premier Noël depuis que tonton est parti, le 1er décembre. C’est encore tout frais, elle réalise à peine que son compagnon depuis 50 ans ne sera plus jamais là. Alors forcément, ce sont des fêtes particulières.

C’est avec grand plaisir que nous avons passé l’après midi du 25 (presque) tous ensemble, en évitant de prononcer les mots qui serrent le coeur. Et puis rapidement, on se raconte des souvenirs et on rit. On rit à vouloir en pleurer, ce serait de circonstance mais on se contient. On se rappelle des anecdotes, des histoires vieilles d’il y a vingt ans et on s’en souvient comme si c’était hier. Ca fait chaud au coeur mais on se rend compte qu’il manque quelqu’un pour rire de tout ça avec nous, avec sa voix grave et son accent qui chante l’Italie.

Notre tata a bien ri malgré son chagrin. Parce que l’espace de quelques heures, on a mis le deuil de côté. Quand les proches partent, il ne reste que les souvenirs alors en cette période de fêtes, je vous souhaite de vous en créer des tas.

D.