Sortir en famille

La deuxième semaine de vacances arrive chez nous, chez certains les congés viennent de commencer et si vous avez la chance de partager ces jours avec vos enfants, j’ai pensé à vous donner des petites idées de sortie en famille.

Une sortie au cirque

Si vous habitez en région parisienne, sachez que se tient actuellement le spectacle du cirque Alexis Gruss à la Porte de Passy jusqu’au 19 février. Ensuite, ils seront en tournée dans tous les Zéniths de France. Miss G a assisté à la première avec son papa il y a quelques semaines et ils ont beaucoup apprécié. Je vais surtout vous livrer les impressions de Monsieur, car le « oui c’était trop cool, y avait des chevaux et en plus j’ai mangé un hotdog » de ma fille ne vous avancera pas trop.

Alexis Gruss

Voici l’histoire du spectacle : afin de sauver Pégase, le cheval ailé réputé indomptable, Joseph fils de Bellérophon, doit accomplir une mission. En héros valeureux, il devra récupérer un fragment de l’essence de chaque élément : l’Air, la Terre, le Feu et l’Eau. Après le succès de « Pégase & Icare » découvrez ce nouveau spectacle équestre et aérien « Quintessence », création originale alliant le savoir-faire des écuyers de la famille Alexis Gruss et celui de la compagnie les Farfadais, comptant parmi les meilleurs acrobates aériens au monde. Voltiges, portés et acrobaties à cheval ou dans les airs, équilibres et jongleries, ballets aériens et aquatiques, carrousel à 26 chevaux et poste équestre à couper le souffle… Présentés sur 3 espaces scéniques, ces tableaux de haut niveau entraîneront le public, 2h30 durant, dans l’univers féérique de Quintessence : plus de 40 chevaux, 20 artistes d’exception, une chanteuse et un orchestre live.

Ma petite famille a passé un très bon moment, ils ont tous deux été impressionnés par les prestations des chevaux, par l’orchestre live et n’ont pas vu le temps passé. Miss G a eu un peu peur quelques fois, lorsque les chevaux passaient au bord de la scène. Mon mari en a pas mal parlé autour de lui car il a vraiment été agréablement surpris par le spectacle et l’a recommandé pour une sortie sympa en famille. Vous trouverez toutes les infos ici.

Une sortie au cinéma

Ballerina

Ballerina : C’est l’histoire d’une petite bretonne qui s’échappe de son orphelinat pour aller vivre son rêve à l’Opéra de Paris. Je vous ai fait un condensé de l’histoire, car je vous invite à le découvrir au cinéma, il est super chouette. Même qu’à la fin, j’avais ma petite larme au coin de l’oeil (mais c’est mon côté fleur bleue, sûrement).  Profitez en, il est encore à l’affiche ! (et encore merci Karine !)

tous-en-scene-fr2petit

 

Tous en scène : Buster Moon est un élégant koala qui dirige un grand théâtre, jadis illustre, mais aujourd’hui tombé en désuétude. Buster aime son précieux théâtre au-delà de tout et serait prêt à tout pour le sauver. C’est alors qu’il trouve une chance en or pour redorer son blason tout en évitant la destruction de ses rêves et de toutes ses ambitions: une compétition mondiale de chant. Cinq candidats sont retenus pour ce défi: Une souris aussi séduisante que malhonnête, un jeune éléphant timide dévoré par le trac, une truie mère de famille débordée par ses 25 marcassins, un jeune gorille délinquant qui ne cherche qu’à échapper à sa famille, et une porc épic punk qui peine à se débarrasser de son petit ami à l’égo surdimensionné pour faire une carrière solo. Tout ce petit monde va venir chercher sur la scène de Buster l’opportunité qui pourra changer leur vie à jamais. Vu par Miss G et son papa, il parait qu’il est drôle et qu’on ne s’ennuie pas (pourtant, son papa ne semblait pas convaincu en partant de la maison….).

Une sortie à Disney Village 

Pas toujours facile d’emmener ses enfants à Disneyland, que ce soit pour des raisons de budget ou de logistique. J’ai prévu d’y emmener Miss G mais sans sa soeur, et en ce moment c’est un peu compliqué. Mais je les ai emmenées à Disney Village. Nous avons déjeuner là bas, puis nous avons fait un tour dans les boutiques et je dois dire qu’il est impossible de ne pas retomber en enfance là bas, tellement on en prend plein les mirettes. Pour manger, vous pouvez essayer le Annette’s dinner, le Planet Hollywood ou encore le Café Mickey (je reviendrai sur ce dernier dans un billet plus détaillé). Pensez à réserver en avance pour être tranquilles !

Je vous souhaite de passer de bonnes vacances et surtout de bons moments en famille,

D.

 

 

Il manque un truc dans les gaufres, non ?

Il y a quelques années, ma mère m’a refilé son gaufrier. J’ai déjà mis 29 ans à faire de bonnes crêpes, je n’avais pas forcément envie de me relancer dans un challenge. Ok, il parait que c’est la même base que la pâte à crêpes, en plus épais, mais je n’aime pas les approximations.

Et puis récemment, mon jeune mari m’a proposé d’en faire. J’ai donc cherché une recette de Lignac, puisque c’est lui qui m’a réconciliée avec les crêpes. J’ai fait la pâte, il s’est occupé de la cuisson, le résultat était pas mal.

Forts de ce petit succès, on a recommencé hier. J’ai rassemblé tous les ingrédients, bien mélangé pour éviter les grumeaux et passé le relai à ma moitié.

Au bout de 5 minutes, j’entends « tu es sûre que c’est la même recette que la dernière fois ? ». Je réponds sur un ton qui sous entend bah oui bien sur, je te l’ai déjà dit, tu m’écoutes ou pas ? que oui, bien sur. Il me redemande quelques minutes plus tard. Je ne comprends pas, Lignac est pourtant au top pour les recettes, comment se fait-il que la pâte soit bizarre cette fois ?

Et tout à coup, le flash :

gif home alone

Lignac, il fait de bonnes gaufres parce qu’il n’oublie pas les OEUFS, lui.

Bon dimanche !

D.

Une déco bien à moi

Depuis que le mariage est passé, je (re)prends le temps de penser à la décoration de ma maison.  Il faut dire qu’à force de passer des heures sur Pinterest, j’ai pu épingler des dizaines de visuels d’inspiration… Et moi, j’aime bien les petits trucs qui font la différence, qu’on ne trouve pas chez tout le monde. Parce que, vous ne le savez peut être pas, mais dans ma vie d’avant, je travaillais comme fournisseur en objets de décoration. Je partais avec ma valise en Asie chercher des objets selon les cahiers des charges des enseignes avec qui je travaillais. Et j’adorais ça !

Alors le mois dernier, tandis que je n’arrivais pas à dormir, j’ai fait du shopping en ligne :

image1

  1. Ha, cette petite maison boîte à mouchoirs… C’est Rose qui l’a publiée sur son blog et j’ai eu un énorme coup de coeur. Qui s’est retrouvé partagé par toute la famille (donc, même mon mec hyper pointilleux et pas fan des trucs à la con).
  2. Ces petites ampoules…. Ca change des soliflores qu’on voit d’habitude, non ? Je vous l’accorde, ce n’est pas hyper utile mais ça a son petit effet. Vivement le printemps, les petites fleurs cueillies par Miss G ne finiront plus dans une bouteille en plastique.
  3. Cela fait trois ans que j’avais repéré ce petit éléphant pour égoutter les couverts. Je l’ai donc enfin commandé, mais je trouvais qu’il n’allait finalement pas avec ma cuisine. Et puis j’essaie de ne pas laisser de trucs traîner sur le plan de travail (coucou les tocs) donc il n’aurait plus eu d’utilité. Il a donc fini dans la salle de bain et il contient nos brosses à dents et dentifrice.

Vous me direz, c’est bien sympa, mais c’est made in China. Certes. Mais on peut aussi trouver des objets déco originaux et sympa fait main en France. Par exemple, chez Une souris verte, tout est fait en Bretagne, par la gentille (mais néanmoins fofolle) Véronique. Ses plaques de portes et porte-manteaux sont super choux et se marient bien avec les chambres des tous-petits comme des plus grands et en plus… ils sont personnalisables.

Je vous ai fait une sélection des articles que j’aime beaucoup, j’ai eu un gros crush pour la plaque des toilettes et nous avons déjà acheté un des portes manteaux ci-dessous :

image1-2

Si ces billets déco vous plaisent, je vous montrerai ce que j’ai chiné ces dernières années.

Je vous souhaite une belle soirée,

D.

Article non sponsorisé

Et en faire tout un flan

Il semblerait que je n’ai pas écrit ici depuis plus d’un mois, je ne pensais même pas avoir l’envie et surtout le temps de revenir. En ce moment, c’est plus ambiance « Famille Adams » que « La fête à la maison » chez nous : Miss G angoisse que je meure et sa soeur enchaîne les maladies en montant à 40 de fièvre. #ambiancetupeuxpastest.

On essaie de se souvenir qu’il y aura des jours meilleurs, et heureusement qu’on se marre bien avec leur papa, mais nous avons passé un WE un peu trop rock’n’roll avec dans le désordre : un accident qui aurait pu être très grave évité de justesse, un bébé couvert de plaques rouges, une petite fille très fatiguée qui pose des questions un peu trop prise de tête sur la vie et la mort, un bébé qui nous a fait une frayeur de dingo (heureusement qu’on a des réflexes)…. Autant vous dire que nous étions ravis que ces deux jours prennent fin, même si nous avions passé un agréable samedi soir autour d’un bon repas.

Alors pour terminer sur un note douce et pour nous réconforter, je me suis mise aux fourneaux pour mon mari afin lui réaliser un de ses desserts préférés. Enfin, c’est surtout que je devais sauver une pâte brisée et un litre de lait avant leur date de péremption, mais ne retenons que cette gentille attention. Sauf que…. le blog chez qui j’allais d’habitude pour choper la recette a fermé (quand je vous dis que ce n’était pas THE we de la maison des idées). Alors j’ai écumé Pinterest en cherchant une nouvelle recette.

Comme celle que j’ai trouvée a été approuvée par l’intéressé, par ma mère et moi-même (Miss G a détesté, parfois je me dis que les enfants n’ont pas de palais), puis par mes collègues ce midi, je vous la partage ici. Il s’agit de la version de Christophe Felder, que j’ai trouvée sur le blog de Piroulie :

– 4 oeufs
– 200 g de sucre semoule
– 90 g d’amidon de maïs
– 2 cuillères à soupe d’ extrait de vanille liquide (remplacées par de la vanille en poudre)
– 20 cl de crème fraîche liquide
– 80 cl de lait

Cassez les oeufs dans un saladier, ajoutez la moitié du sucre, la maïzena et l’extrait de vanille, et fouettez vivement mais sans laisser blanchir le mélange.
Ajoutez la crème liquide et mélangez.
Versez le lait et le reste du sucre dans une casserole, mélangez, portez à ébullition et retirez du feu.
Incorporez le lait chaud au mélange précédent et battez bien.
Reversez le tout dans la casserole et faites cuire sur feu moyen en fouettant rapidement.
Quand la crème épaissit, retirez la casserole du feu (elle doit avoir la consistance d’une béchamel épaisse). Laissez refroidir.
Versez la crème refroidie dans le moule garni de pâte; étalez et lissez la surface du flan avec une spatule.
Préchauffez le four à 180°
Faites cuire pendant 20 minutes à 210° puis pendant 10 minutes à 240°.
Laissez refroidir et servez le flan bien froid.

On avait bien mérité ça !

Je vous souhaite une excellente semaine,

D.

Et penser à l’aîné(e) (cadeau express)

Durant ma grossesse, j’ai préparé une boîte à grande soeur pour mon aînée : dedans, j’y avais mis des autocollants, des photos d’elle et moi, un petit cadeau (de mémoire c’était le lit bébé des Sylvanians, sa lubie à ce moment là) et une lettre que ma maman devait lui lire le premier soir de mon séjour à la maternité. Une de mes angoisses était que Miss G se sente délaissée par la venue de sa petite soeur et pour la petite histoire, je l’ai couchée le lundi soir et suis partie quelques heures après pour la maternité, donc elle n’était pas au courant de ce qui allait se passer cette nuit-là. Aussi, à son réveil elle n’avait pas sa maman dans la maison et apprenait que sa petite soeur était arrivée alors j’étais ravie d’avoir pris cette initiative (je me rassure comme je peux)

A la naissance de Baby O, nous avons été particulièrement touchés des attentions reçues par Miss G de la part de nos proches.

Ce n’est pas forcément un cadeau énorme, ça peut être juste un petit paquet de bonbons, un livre de coloriage, un t shirt… Juste un petit quelque chose qui montre à l’aîné qu’on a pensé à lui/elle, et qu’on ne place pas toute l’attention sur le petit personnage rose dans son couffin.

En tant que « grande soeur », je sais à quel point ces petites pensées peuvent faire du bien, ma maman avait glissé l’idée à nos proches lorsque mon frère est né et je me souviens que ça m’avait fait très plaisir. C’est pourquoi j’essaie toujours de trouver un petit quelque chose pour les aînés et, souvenez-vous, pour la maman.

Je profite de ce petit billet pour vous proposer de remporter une jolie paire de moufles doublées  en taille 2/4 ans :

img_7168

Pour les recevoir, je vous invite à :

*liker ma page Facebook

*m’indiquer ci-dessous comment vous avez découvert le blog

Une seule participation par foyer, les relais sont les bienvenus. Je m’occupe de l’envoi, qui se fera en France métropolitaine. Les participations seront closes le dimanche 11 décembre à 23h59.

A très vite et bonne chance,

D.

Édit (tres en retard) : la gagnante désignée est Sophie, j’attends tes coordonnées par mail 🙂

Merci à toutes et à très vite  

La vérité vraie

img_6817

Une photo de notre séjour à Roussillon…

On m’avait prévenue que ce serait dur, mais j’avais mal évalué la chose. Alors à toi, nullipare ou parent en devenir, j’ai envie de te dire la vérité vraie, ou plutôt ma vérité.

Devenir parent est une étape, (voire une épreuve) bouleversante dans tous les sens du terme. Il y aura l’échange du premier regard où tu comprendras peut être l’l’évidence, ou peut être pas et ce ne sera pas grave. Il y aura les premiers pleurs, les angoisses nocturnes qui te rendront folles, les embrouilles à deux balles avec tout le monde pour tout et n’importe quoi. Les remises en questions sans cesse, pour savoir si tu fais bien, si fais assez, si tu n’en fais pas trop.

Il y aura les envies d’être seule, loin de tout et l’impossibilité viscérale de t’éloigner de tes petits. Il y aura cette culpabilité maternelle de vouloir du temps pour toi alors que tes enfants sont si dépendants de toi.

Il y aura même des fois où tu te demanderas si tu n’as pas fait une connerie. Des soirs où tu t »imagineras ta vie si tu n’avais pas d’enfants, des nuits que tu passeras à bercer ton nouveau né tandis que tes amis feront la fête.

Il y aura aussi les paris avec ton mec sur quoi faire pour calmer bébé, et tu verras que ça peut devenir très agaçant.

Il y aura peut être même des fois où tu te cacheras pour pleurer mais tu ne sauras même pas pourquoi. Ce ne sera pas le baby blues, ce sera peut être le blues tout court.

Tu verras le gros coup de vieux que tu prendras en 5 ans à peine. Tu useras de subterfuges pour sembler moins crevée, moins usée par les 1000 « mamaaaaaans » auxquels tu dois répondre chaque jour.

Mais très honnêtement, et je te le dis droit dans les yeux : entendre le rire de tes enfants, même quand t’as passé une sale journée, que tu es au bout du rouleau, que tu veux tout envoyer valser, ça efface tout. Et ça vous 1000 fois le coup ❤

D.

 

 

Pas de bol

Nous étions tous les quatre dans un petit café de Normandie, au petit déjeuner. Miss G se faisait des moustaches avec son chocolat chaud et mon mec revenait de la boulangerie d’en face avec des croissants au beurre tous chauds et des chouquettes.

Et puis ce monsieur est entré avec sa maman, qui n’avait pas l’air en très bonne santé. Elle a d’ailleurs failli tomber devant nous, nous étions tous un peu déboussolés et pour redonner le sourire à sa maman, il a dit « oh regarde la jolie grande fille ! » en montrant mon aînée. Ensuite, il a posé ses yeux sur le cosy et a demandé « et là, qu’est ce que c’est ? » un chien, abruti. « Ha bon, c’est une fille ? PAS DE BOL !!!!! »

Alors voilà. Apparemment, on n’a pas de chance d’avoir deux enfants (ou plus) du même sexe. Je vous en parle ici car ce n’est pas le seul à m’avoir fait le coup. Et sachez que je me suis toujours projetée avec un fils, j’étais persuadée, convaincue que Baby O serait un garçon. J’ai même lancé un petit pari au gynéco qui m’a dit « nous avons chacun une chance sur deux jusqu’à la prochaine écho mais Madame, pour moi, c’est une fille !« . Alors il m’aura fallu un peu de temps pour assimiler que je n’aurai jamais de petit garçon mais après, il m’était impossible de m’imaginer autrement qu’avec mes deux filles. Aussi je ne comprends toujours pas les commentaires du genre « ha ba le garçon, ce sera pour la prochaine fois« , ou encore « c’est le papa qui doit être déçu« , on aussi droit à « je connais les régimes / lunes / positions qui marchent pour faire un petit mec« .

Est ce que c’est  cause de l’expression « le choix du roi » ? Est ce qu’il faut avoir un fils et une fille pour avoir une famille dont personne n’a rien à redire ? Est ce que les troisièmes enfants ne naissent que pour conjurer le sort ? (blague).  Est ce qu’on a le droit de demander en retour si ce n’est pas trop dur d’être aussi con ?

Que répondez-vous à ce genre de réflexions ?

D.