Wishlist et autres mignoneries

On disait qu’ici c’est mon espace et que je fais ce que je veux, non ? 🙂 Non mais j’ai repéré quelques trucs choux, chics, marrants et je ne me vois pas sortir mon téléphone dès que je vois une copine. Alors j’ai choisi de le faire ici :

1 ; 2 ; 3

  1. Cadre Minnie / Disney Village (je ne verrais absolument pas où le mettre mais je le trouve adorable)
  2. Sweat pour les retardataires (groupement que j’ai rejoint à mon grand désespoir et celui de mon mari ces derniers mois)
  3. Veste en tweed H&M (un petit air de Chanel sans vendre ses reins

4

4. Ce produit semble être une pure merveille : j’ai testé une application sur ma main, et ma peau était unifiée, beaucoup moins terne que sur l’autre main. A voir ce que ça donne sur  le visage, toute une journée, avec le maquillage.

5 & 6

5. Elle n’est pas WAHOUUU cette Apple Watch ? J’ai découvert l’option « choisir votre bracelet » sur le site d’Apple et je suis fan de celui en cuir framboise (allez-voir ! trop canon)

6. Bah quoi ?


7. Collier Adeline Affre 

Publicités

Le traitre

Je ne pensais pas que ça m’arriverait si vite. Je me doutais bien que l’échéance approchait, que c’était inéluctable. Comme on dit, la roue tourne va tourner.

Pour autant, je me disait que j’étais encore loin de tout ça, que j’avais bien le temps d’y penser, que j’avais de la chance de ce côté là. Que c’était réservé aux autres pour le moment, que j’étais encore intouchable pour quelques années. Comme si j’étais une privilégiée.

Mais hier, tandis que je me préparais, je l’ai découvert.

Sournoisement, il s’est fait sa place. Et vu sa longueur, je pense qu’il est arrivé il y a un bon moment. En plus, il a choisi un endroit où on ne peut pas le rater.

Voilà, à l’aube de mes 32 ans, j’ai mon premier cheveux blanc. Et mon déguisement pour Halloween prochain (puisqu’il paraît qu’il y en a 10 qui repoussent si on l’arrache) :

Rendre le quotidien plus simple

Je ne sais pas comment ça se passe chez vous, mais j’ai mis un temps fou à trouver le bon moyen pour gérer notre paperasse.

Au départ, j’avais opté pour un trieur (genre, au tout début de notre vie commune, comme si tout allait pouvoir tenir dedans #naïve). Ensuite, j’ai choisi des pochettes cartonnées mais ça ne se tenait pas et c’était galère d’aller chercher un document, tout se mélangeait.

Alors voici la solution que j’ai trouvée et qui me convient parfaitement (limite, je suis contente de devoir chercher un papier pour relever le challenge haut la main) :

A l’intérieur, j’ai mis des intercalaires pour m’y retrouver facilement :

Mais ma vraie botte secrète, c’est mon classeur « Famille » : j’ai imprimé via ce site (que je vous conseille pour tout ce qui touche à l’organisation, il est top) des fiches pour classer tout ce qui concerne les membres de notre famille. Dans ce classeur, il y a une pochette transparente « Attestation Sécurité Sociale » et nous avons les quatre attestations dedans. Pareil pour les attestations d’assurance, les ordonnances que l’on doit garder. Chaque membre de la famille a une pochette avec ses photos d’identité, les filles ont dedans leurs étiquettes à coller sur les vêtements… Je ne vais pas tout décrire car cela reste personnel, mais je gagne un temps fou quand on me demande une pièce justificative :

Sur Pinterest, vous trouverez des tonnes d’idées et de jolis printables pour rendre cet aspect du quotidien moins austère et plus joli !

Et vous, comment avez-vous choisi de vous organiser ?

Un an sous un nouveau nom

Non, ce n’est pas moi.
(Crédit photo : Rime Arodaky)

Une des principales raisons pour me marier était le fait de porter enfin le même nom tous les quatre. Après, j’ai vite été éblouie par le choix de la de mes robes, les épingles Pinterest (d’ailleurs si vous souhaitez y jeter un oeil, c’est par ici) et tout ce qui fait des préparatifs une très jolie période.

Nous vivions alors ensemble depuis plus de dix ans et il était pesant de devoir toujours justifier « je suis la maman de …., si si, regardez sur le livret de famille ».

Et puis, porter le même nom que l’homme de sa vie, je trouve ça très joli (je me demandais à partir de quand j’allais tomber dans la guimauve, le suspens vient de prendre fin).

Dès le lendemain de notre mariage, j’ai créé mon adresse email (et découvert que j’avais une homonyme alors que ça ne semblait pas forcément évident au départ quand on associe mon prénom et mon « nouveau » nom). Et c’est avec empressement que j’ai entrepris les démarches afin de changer ma carte d’identité juste après le jour J. Je me souviens de ma grande fierté en allant la récupérer.

Mais je dois avouer qu’il est super bizarre, après plus de trente ans à s’appeler d’une certaine manière, de changer de patronyme. Pendant pas mal de semaines, je marquais un temps d’arrêt quand on me demandais mon nom.

Pour la vie professionnelle, j’ai choisi de ne pas en changer avec mes anciens contacts afin de ne pas avoir à m’étaler sur ma vie quand je les ai en ligne. Avec les nouveaux, je ne me pose pas la question, je donne mon nom de femme mariée.

C’est assez bizarre à expliquer, mais j’avais l’impression d’usurper une identité qui n’était pas la mienne.

Vous me direz : « tu n’avais qu’à garder le tien ». Oui mais nom. Je voulais absolument m’appeler comme Lui et nos enfants.

Nous venons de fêter nos noces de coton (merci pour les gentils messages reçus, c’est super touchant), maintenant je suis bien habituée à être Madame « Lui ».

D’ailleurs, pour fêter cette première année, j’aimerais enfin prendre le temps de réaliser ce petit cadre adorable (cette idée vient de ce site).

Et vous, avez-vous choisi de prendre le nom de votre moitié ?

Quelques conseils lors de l’hospitalisation d’un enfant

Embed from Getty Images

Il y a quelques mois, ma grande fille a été hospitalisée suite à une infection osseuse (je reviendrai dans un prochain billet sur le sujet car je n’avais pas trouvé beaucoup d’informations sur l’ostéomyélite).

Nous avons passé cinq jours et quatre nuits dans le service pédiatrique et même si c’est assez court, comparé aux séjours que peuvent vivre des enfants bien plus malades, j’ai listé ce qui nous avait été utile pour tenir le coup pendant cette période.

Tout d’abord, j’ai envoyé une liste à son papa et à ma maman qui se trouvaient à la maison afin qu’ils composent les bagages (nous ne savions pas qu’elle serait hospitalisée, sinon vous pensez bien que j’aurais prévu le coup). Pour leur faire gagner du temps, j’ai structuré ma liste par pièce :

*Salle de bain : brosses à dents / dentifrice / savon / shampoing / serviettes de bain / brosse à cheveux / coton tiges

*Chambre de la miss : pyjama / legging / débardeurs (il fait très chaud dans les hôpitaux !) / gilet / chaussettes / culottes / lego / coloriages / crayons de couleurs / livres

*Chambre parentale : pyjama / sous-vêtements / chaussettes / jean / débardeurs / t-shirts / liseuse (et son chargeur) / chargeur iPhone / Ordinateur (et son chargeur) / disque dur externe (pour les films…)

*Cuisine : gâteaux / bouteilles d’eau / fruits

*Divers : des sous ! Je n’ai jamais de monnaie, je peux vous dire que j’étais bien contente d’avoir des pièces pour aller prendre un café ou mon petit déjeuner à la cafétéria.

N’hésitez pas à prendre de la lecture, le temps est long à l’hôpital. Idem pour les Lego et autres jeux : il y avait une salle de jeux mais lorsque ma fille devait rester au lit pour recevoir son médicament en IV, elle ne pouvait pas sortir de sa chambre.

Si vous le pouvez, misez sur les sessions FaceTime et les vidéos WhatsApp / Snapchat, ça fait toujours plaisir et puis ça permet de garder un lien avec l’extérieur.

Dans la mesure du possible, je dirais qu’il est important de dédramatiser devant l’enfant. Même si nous étions rongés par l’inquiétude, nous avons fait en sorte de rester zen et positifs devant notre fille qui se posait déjà assez de question. Et puis, ce n’est pas parce qu’on est à l’hôpital qu’on n’a pas le droit de s’amuser ! Nous avons organisé un défilé dans la salle de jeux avec sa voisine de chambre, après avoir confectionné des robes grâce aux serviettes jetables. C’était… original et assez inattendu mais les filles se sont éclatées. Elles m’ont même dit « on se croirait en club de vacances ! ».

Voilà, je sais bien que ce n’est malheureusement pas toujours possible de faire ainsi, mais je souhaitais partager notre expérience…

Je vous souhaite une belle soirée *-*

Du mauvais goût… inversé


Aujourd’hui je vous propose d’imaginer une scène dans une agence de publicité, Avec des pubardEs réfléchissant autour d’une publicité pour un jacuzzi.

Les protagonistes choisis sont Benjamin Castaldi Et Loana. L’idée est de les montrer ensemble, 20 ans apres le Loft Et surtout de montrer qu’ils ont (pris cher) changé mais que le jacuzzi va tout changer. 

Les femmes autour de la table proposent que B. Castaldi mette un pied dans l’eau et que Loana découvre, ébahie, qu’il se transforme en Mathieu Delormeau. Et Dès qu’il sort le pied, il retrouve son apparence de mec qui se croit beau mais qui fait juste « vieux degueu sur le retour ». Et ainsi de suite.

C’est complètement con comme idée, non ? C’est pourtant le principe qui a été choisi pour la vraie publicité d’un bazar, sauf que c’est Loana qui mouille son pied pour se muer en une créature sensée représenter la « beauté » (que je trouve vulgaire mais ce n’est que mon point de vue).

Je ne suis pas grosse. Mais j’ai quand même le droit de m’interroger sur la connerie des gens qui pondent des trucs pareil. Que faudra-t-il expliquer à mes filles si un jour on ne les choisit pas pour danser à une fête  d’enfants parce que « baaaa t’es un peu grosse quand même ». True story. Car plus petite, je n’étais pas mince. Et je complexais à fond, je me suis fait appeler « grosse vache », j’avais droit à des regards condescendants à la piscine quand on voyait mes bourrelets sur mon ventre. 

Alors je sais ce que c’est, les complexes. Comment leur faire comprendre que l’essentiel est de se sentir bien, sans se soucier des autres ? Les complexes ne sont pas réservés aux grandes tailles mais fort heureusement, l’épanouissement n’est pas seulement destiné aux tailles 38. J’ai choisi de changer mes habitudes pour avoir le corps que je souhaitais mais si j’avais choisi de rester Comme j’étais, je n’aurais pas compris ce genre de message non plus.

Est ce qu’on aurait pu sortir cette Pub en se foutant de Castaldi plutôt ? Naaan bien sûr ! C’est moins drôle que de se moquer d’une nana en pleine dépression. Et de toutes les femmes en général d’ailleurs. Quand je vois comment on nous traite dans le monde du travail, dans la vie de tous les jours, je ne suis même pas étonnée.  

Comment ont ils réussi à convaincre Loana de se laisser humilier ainsi ? L’argent ? Ha bien…. on a beau répéter que tout ne s’achète pas, mais il semblerait qu’on se voile la face en fait. 

Avez-vous vu cette Pub ? Qu’en pensez-vous ? 

Que faire de sa robe de mariée après le jour J ?

Si vous avez lu ce billet, vous savez que j’ai eu deux robes le jour de mon mariage. Comme c’est une très, très longue histoire, je ne vais pas remonter le fil mais je peux vous dire que pour quelqu’un qui souhaitait se marier dans une petite robe toute simple de prêt à porter, je me suis finalement bien prise au jeu.

Mais, une fois le jour J passé, que faire de sa robe de mariée ?

Tout d’abord, la laver. Moi qui ne voulais surtout pas de traîne, j’ai bien sûr choisi une de mes robes avec une très longue traîne qui a donc balayé le sol et le gazon toute la journée. J’ai contacté les pressing aux alentours et je devais compter pour elle seule environ 120 euros de nettoyage. Pour la seconde, 90 euros. Puis je me suis souvenue que j’avais une machine à laver allemande à whatmille euros, avec un tambour nid d’abeille parfait pour préserver le linge et ses couleurs. J’ai prié la sainte Rosa Clara de tout mon coeur, et les deux sont ressorties nickel.

Ensuite, plusieurs choix s’offrent à vous :

*la ranger dans sa housse ou dans boîte spéciale. Pour la ressortir une fois de temps en temps, en se prenant un bon shoot d’hormones de mariage comme dirait ma copine Cynthia. Ou pour la montrer à ses enfants. Ou encore pour tenter de re-rentrer dedans des années plus tard (enfin, personnellement, je reste marquée par les superstitions de ma grand mère qui disait qu’il ne fallait pas la remettre).

*faire une séance Trash the dress, comme Cynthia (oui, encore elle). Bon, j’en aurais été incapable, mais le concept est fun. Et ça permet de se refaire une petite session photos fort sympathique.

*la donner, à une association, à une amie. Il y a pas mal de demandes sur Le Bon Coin et sur Annonces Dentelle.

*l’encadrer. Je vous avouerais que j’ai d’abord trouvé que c »était ultra kitsch (n’est-ce pas ?!). Mais encore une fois, les wedding hormons ont frappé et je garde cette idée dans un tout petit coin de ma tête. (pas sûre que ce soit du goût de Monsieur mais bon).

Quelques idées du résultat :

 

*la mettre en dépôt vente. Je vous conseille vivement la boutique Graine de Coton à Paris. La gérante est très disponible, conciliante et à l’écoute. Il est possible d’envoyer sa robe en Colissimo suivi, s’il n’est pas possible de la déposer physiquement. Alexandra est sérieuse et honnête. Je lui ai confié une de mes robes sans craintes et je ne regrette pas !

Et vous, qu’en avez-vous fait ?