Tout ce que je ne vous ai pas dit

Je viens de voir que je n’ai pas posté par ici depuis 1 mois, je ne serai jamais une blogueuse célèbre, damned it. Mais je n’ai pas le temps ! Enfin, je n’ai plus le temps, car je profite pleinement de la vie non connectée. Un peu par la force des choses (car nous avons entamé un chantier de ouf chez nous, qui aura duré 2 fucking mois), mais aussi beaucoup par envie. Et puis je suis arrivée à un stade où je me dis « mais est ce que ça les intéresse vraiment ce que je fais de ma vie ? ». Sérieusement, ne ferais-je pas mieux de recommencer un journal intime comme quand j’avais 15 ans ?

Mais bon, que voulez vous, il y a truc qui me manque, c’est l’échange. Vous faire part de mes coups de cœur, de mes déceptions (si ça peut vous en éviter, c’est mon côté altruiste), des découvertes.

Voici une petite liste de ce qu’il s’est passé ces dernières semaines :

*Baby O marche. Adieu tranquillité, bonjour les ennuis. De mémoire de Maman, mon aînée ne faisait pas autant de conneries.

*Miss G a eu 6 ANS. MON DIEU l’année prochaine c’est le CP.

*J’ai déclaré que ce serait la dernière année du « gâteau d’anniversaire de folie ». Tant pis pour Baby O, fallait arriver avant. Et cette dernière expérience vaut largement un billet.

*j’ai investi dans un kit de manucure semi-permanente et un épilateur à lumière pulsée et je me suis pris une grosse douille avec ce dernier je crois bien

*j’ai fait un lissage brésilien du tonnerre qui m’a fait mettre mon steampod chéri au placard. Je n’exclus pas le fait de retrouver tous mes cheveux sur l’oreiller un beau matin tellement le produit doit être fort pour avoir un tel résultat, mais ça fera un petit côté Natalie Portman.

*nous n’avons plus de cheminée. Adieu les livraisons de bois, les bruits de hache dans le jardin, la vie avec Charles Ingalls, la poussière tout le temps, l’insert à nettoyer 2 fois par semaine et bonjour les granulés.

*j’ai commencé un pseudo bullet journal qui me permet d’y voir un peu plus clair. Il n’est pas beau, je n’ai pas le temps (oui je radote) mais il m’évite de disséminer ma paperasse partout dans la maison

*j’ai participé à une réunion Thermomix et depuis, je fais tourner mon Cooking Chef plus que jamais (vive Kenwood)

*les filles deviennent de plus en plus complices, même s’il faut avouer qu’avec 5 ans d’écart, ce n’est pas toujours facile pour elles de jouer ensemble (entre une qui veut donner des ordres et l’autre qui ne comprend pas tout, je vous laisse distribuer les rôles)

*nous avons assisté au sepctacle Disney sur Glace – La reine des neiges et je vous en parle dès demain.

*je prévois un joli concours bientôt, mais en attendant vous pouvez gagner 4 places pour Bob le bricoleur sur ma page Facebook.

Je vous souhaite une belle fin de journée,

A très vite,

D.

 

 

 

 

Une maman différente

Si vous avez l’habitude de nous suivre ici (dites Oui…), vous aurez remarqué que je suis de moins en moins présente. Je n’ai plus le temps (parce que je prends le temps pour la vraie vie, justement), ni l’énergie mais passer sur des blogs sympa me donne envie de revenir…

Miss G vient d’avoir 6 ans. Je suis capable de lui raconter le détail de nos premiers jours ensemble comme si c’était encore tout frais. Je n’en reviens pas de la voir si grande et si belle. Depuis 6 ans (seulement ? déjà ?) elle m’apprend le rôle le plus important de ma vie : celui de maman. Et je suis obligée de constater que je suis une maman différente avec Baby O.

Je suis une maman moins bavarde avec mon bébé, je lui raconte moins de choses. Je ne lui lis pas d’histoires, de toutes façons elle ne s’y intéresse pas (elle a plus envie de tout envoyer valser, c’est une petit bulldozer). En revanche, je lui chante des chansons. Je tente de ne pas reproduire les mêmes mauvaises bonnes intentions qu’avec sa grande sœur (vous voyez le concept ? en faire trop, lui dire trop de choses qui risqueraient d’alimenter ses peurs de petite fille).

Je suis beaucoup moins « sur » Baby O, je la laisse expérimenter ses bêtises, sans pour autant risquer de l’envoyer aux urgences, et je me rends compte que j’ai peut être trop protégé ma grande.

Est-ce qu’on fait tous ça avec nos aînés ?

Baby O mange déjà les mêmes gâteaux que nous, des chips, des bretzels (et son père frôle l’arrêt cardiaque à chaque fois). J’angoisse moins quand je vois qu’elle a du mal à me voir partir le matin, alors que j’en avais le bide retourné pour Miss G. Est-ce que ça l’aidera à se forger pour plus tard ? Ou bien aura-t-elle le sentiment d’être plus délaissée que son aînée ne l’a été ?

Je ne parlerai plus beaucoup de Miss G ici, elle grandit et n’apprécie pas que nous racontions autour de nous ses petites anecdotes, alors ce n’est pas pour en parler sur la toile. J’espère vous retrouver de temps en temps, même si je suis bien moins régulière.

Je vous souhaite une belle journée, ce soir nous découvrons #Disneysurglace au Zénith avec le spectacle de la reine des neiges, j’ai hâte de passer ce moment avec ma grande et je viendrai vous en reparler.

D.

 

Lui créer un petit rituel

Contrairement à sa grande soeur, Baby O ne semble pas très intéressée par la petite lecture du soir, avant le coucher. Je me souviens qu’à son âge, Miss G écoutait assez attentivement et se fascinait pour les images des livres adaptés à son âge.

Je ne me prenais pas trop la tête mais ces derniers jours, j’ai du revoir ma copie afin de rassurer mon bébé avant le moment du coucher. J’ai remarqué qu’elle adore les comptines, elle nous fait les marionnettes avec ses petites mains ou fait claquer sa langue en souriant pour nous inciter à lui chanter les chansons qu’elle entend au RAM chaque semaine.

Alors chaque soir, on chante la famille tortue, les marionnettes, il était une bergère et elle part se coucher en souriant. Et quand je manque d’idées, je fait un tour sur le site Devenir grand, il y en a plusieurs que j’avais oubliées ! Depuis, la séparation se passe bien mieux, elle ne se met plus à hurler dès que je ferme la porte. C’est apaisant pour tout la famille…

Et chez vous, quel est le rituel ?

D.

Article Sponsorisé

Rester des amoureux

Je voulais intituler ce billet « se souvenir qu’on est des amoureux » mais c’était un titre plutôt moche non ?

Je pense pourvoir avancer que vous serez d’accord, il n’est jamais évident de trouver du temps à partager tranquillement avec sa moitié, que ce soit celui / celle avec qui on a fondé sa famille ou non d’ailleurs. Le quotidien avec des enfants (surtout en bas âge) nous happe du soir au matin et une fois qu’ils sont couchés, on est morts on n’aspire qu’une chose : la tranquillité et surtout, le silence. Pas vous ?

Mais, dans cette course folle, il y a tout de même des petits trucs pour ne pas oublier qu’avant d’être des parents, on est surtout des amoureux (sinon, les marmots ne seraient même pas là).

Dans mes rêves les plus fous, je me vois sur une plage de sable fin, devant un mer cristaline à siroter un mojito (la maternité fait boire finalement) avec mon mari tout neuf. Sauf que nous n’avons pas la possibilité de partir en tête à tête alors je mets ça dans un coin de ma tête et j’y reviendrai des XX années (tiens, encore un truc à ajouter dans mon petit bullet journal).

En attendant, on peut tenter de se réserver des moments rien qu’à nous, qu’en pensez-vous ? Ca peut être, par exemple :

-manger en tête à tête. Le midi,  nous arrivons parfois à être sur le même secteur, c’est alors l’occasion de se retrouver pour manger tranquilles sans être interrompus par des questions du type « pourquoi on a des bras ? » ou encore des onomatopées d’un bébé qui se sent frustré de ne pas parler (ma vie est trépidante, la votre aussi ?)

-s’appeler la journée, ou s’envoyer un petit message pour savoir comment se passe la journée de l’autre. Déjà, ça fait toujours plaisir de recevoir un petit mot, et en plus ça permet d’annoncer la couleur si on risque de rentrer de mauvaise humeur (hum hum).

-complimenter son / sa chéri(e) sur sa tenue. Ça sous entend aussi de faire attention à soi avant de partir, rien de bien fou : une petite robe, un peu de rouge à lèvres (on sait bien qu’on n’a pas le temps de se préparer pour les Césars), un parfum qu’il aime bien….

-se faire un petit cadeau, là encore on ne parle pas de vider les comptes y compris ceux des enfants mais juste de montrer qu’on a pensé à l’autre. Un petit t shirt, sa pâtisserie favorite… Il y a forcément plein de trucs qui plaisent à votre moitié et encore une fois, c’est toujours très touchant de recevoir une petite attention.

-rire : parce que finalement, il vaut mieux se marrer avec la personne avec qui on a choisi de vivre, non ?

Je vous souhaite un excellent week-end *-*

Mais qu’est ce que je faisais ?

Je me suis couchée la semaine dernière complètement crevée et bien trop tard, sans avoir forcément fait ce que j’avais prévu (ô désespoir). Et tout à coup, j’ai été frappée par cette question : mais qu’est ce que je pouvais bien faire de mes journées avant ? Je ne m’en souviens pas. Je vous assure, je ne fais pas de zèle : je me revois rentrer dans mon ancien appartement, mais c’est le trou noir après. Parfois j’ai des petits flashes, je me revois boire une cannette de coca, lisant un magazine tout en plaignant mes voisins dont la fille hurlait pour un rien.

Pourtant, on accomplit les tâches de la maison à deux (heureusement !) mais j’ai le sentiment de ne jamais arrêter, Comme vous toutes je pense ? J’ai passé quelques mois en suspens à lâcher prise et cela m’a fait du bien. Mais j’avais sous estimé le temps que prenait un bébé d’un an, combiné à une petite fille de 5 ans et demi qui déborde d’envies créatives. Et puis je me refuse à la laisser « seule » devant les divers écrans de la maison.

Je mets de côté mes projets déco, mes multiples DIY épinglés sur le net, qui ne me feront surement plus envie quand j’aurais enfin du temps à perdre.

Est ce qu’un jour on retrouve réellement du temps pour soi ? Je veux dire, à 100%, sans entendre « maaaaamaaaaaaaaaan », sans jeter un oeil dans leur direction pour être sûre qu’ils ne vont pas mettre le feu à la maison ? Est ce qu’un jour on a réellement la paix ? 

Ce billet sonne un peu « ouin ouin » mais j’exagère aussi. Je dois reconnaître que j’arrive à me réserver une petite demi-heure deci delà pour faire du sport, que j’arrive à me faire des soins, à me faire les ongles (mon dieu je n’en reviens pas d’écrire ce genre de choses, cela semble tres futile et pourtant ce sont des choses importantes pour moi). Mais c’est toujours à l’arrache.

Je m’imagine parfois me réveiller dans une maison sans bruits, sans réveils à l’aube, juste le réveil naturel de mon corps qui serait enfin reposé. 

Et je me demande si je trouverai finalement de quoi m’occuper quand les filles auront grandi. 

Est ce qu’on réapprend à faire les choses uniquement pour soi ?

Je vous souhaite une belle soirée *-*

 

Et penser à l’aîné(e) (cadeau express)

Durant ma grossesse, j’ai préparé une boîte à grande soeur pour mon aînée : dedans, j’y avais mis des autocollants, des photos d’elle et moi, un petit cadeau (de mémoire c’était le lit bébé des Sylvanians, sa lubie à ce moment là) et une lettre que ma maman devait lui lire le premier soir de mon séjour à la maternité. Une de mes angoisses était que Miss G se sente délaissée par la venue de sa petite soeur et pour la petite histoire, je l’ai couchée le lundi soir et suis partie quelques heures après pour la maternité, donc elle n’était pas au courant de ce qui allait se passer cette nuit-là. Aussi, à son réveil elle n’avait pas sa maman dans la maison et apprenait que sa petite soeur était arrivée alors j’étais ravie d’avoir pris cette initiative (je me rassure comme je peux)

A la naissance de Baby O, nous avons été particulièrement touchés des attentions reçues par Miss G de la part de nos proches.

Ce n’est pas forcément un cadeau énorme, ça peut être juste un petit paquet de bonbons, un livre de coloriage, un t shirt… Juste un petit quelque chose qui montre à l’aîné qu’on a pensé à lui/elle, et qu’on ne place pas toute l’attention sur le petit personnage rose dans son couffin.

En tant que « grande soeur », je sais à quel point ces petites pensées peuvent faire du bien, ma maman avait glissé l’idée à nos proches lorsque mon frère est né et je me souviens que ça m’avait fait très plaisir. C’est pourquoi j’essaie toujours de trouver un petit quelque chose pour les aînés et, souvenez-vous, pour la maman.

Je profite de ce petit billet pour vous proposer de remporter une jolie paire de moufles doublées  en taille 2/4 ans :

img_7168

Pour les recevoir, je vous invite à :

*liker ma page Facebook

*m’indiquer ci-dessous comment vous avez découvert le blog

Une seule participation par foyer, les relais sont les bienvenus. Je m’occupe de l’envoi, qui se fera en France métropolitaine. Les participations seront closes le dimanche 11 décembre à 23h59.

A très vite et bonne chance,

D.

Édit (tres en retard) : la gagnante désignée est Sophie, j’attends tes coordonnées par mail 🙂

Merci à toutes et à très vite  

La vérité vraie

img_6817

Une photo de notre séjour à Roussillon…

On m’avait prévenue que ce serait dur, mais j’avais mal évalué la chose. Alors à toi, nullipare ou parent en devenir, j’ai envie de te dire la vérité vraie, ou plutôt ma vérité.

Devenir parent est une étape, (voire une épreuve) bouleversante dans tous les sens du terme. Il y aura l’échange du premier regard où tu comprendras peut être l’l’évidence, ou peut être pas et ce ne sera pas grave. Il y aura les premiers pleurs, les angoisses nocturnes qui te rendront folles, les embrouilles à deux balles avec tout le monde pour tout et n’importe quoi. Les remises en questions sans cesse, pour savoir si tu fais bien, si fais assez, si tu n’en fais pas trop.

Il y aura les envies d’être seule, loin de tout et l’impossibilité viscérale de t’éloigner de tes petits. Il y aura cette culpabilité maternelle de vouloir du temps pour toi alors que tes enfants sont si dépendants de toi.

Il y aura même des fois où tu te demanderas si tu n’as pas fait une connerie. Des soirs où tu t »imagineras ta vie si tu n’avais pas d’enfants, des nuits que tu passeras à bercer ton nouveau né tandis que tes amis feront la fête.

Il y aura aussi les paris avec ton mec sur quoi faire pour calmer bébé, et tu verras que ça peut devenir très agaçant.

Il y aura peut être même des fois où tu te cacheras pour pleurer mais tu ne sauras même pas pourquoi. Ce ne sera pas le baby blues, ce sera peut être le blues tout court.

Tu verras le gros coup de vieux que tu prendras en 5 ans à peine. Tu useras de subterfuges pour sembler moins crevée, moins usée par les 1000 « mamaaaaaans » auxquels tu dois répondre chaque jour.

Mais très honnêtement, et je te le dis droit dans les yeux : entendre le rire de tes enfants, même quand t’as passé une sale journée, que tu es au bout du rouleau, que tu veux tout envoyer valser, ça efface tout. Et ça vous 1000 fois le coup ❤

D.