Sortir en famille

La deuxième semaine de vacances arrive chez nous, chez certains les congés viennent de commencer et si vous avez la chance de partager ces jours avec vos enfants, j’ai pensé à vous donner des petites idées de sortie en famille.

Une sortie au cirque

Si vous habitez en région parisienne, sachez que se tient actuellement le spectacle du cirque Alexis Gruss à la Porte de Passy jusqu’au 19 février. Ensuite, ils seront en tournée dans tous les Zéniths de France. Miss G a assisté à la première avec son papa il y a quelques semaines et ils ont beaucoup apprécié. Je vais surtout vous livrer les impressions de Monsieur, car le « oui c’était trop cool, y avait des chevaux et en plus j’ai mangé un hotdog » de ma fille ne vous avancera pas trop.

Alexis Gruss

Voici l’histoire du spectacle : afin de sauver Pégase, le cheval ailé réputé indomptable, Joseph fils de Bellérophon, doit accomplir une mission. En héros valeureux, il devra récupérer un fragment de l’essence de chaque élément : l’Air, la Terre, le Feu et l’Eau. Après le succès de « Pégase & Icare » découvrez ce nouveau spectacle équestre et aérien « Quintessence », création originale alliant le savoir-faire des écuyers de la famille Alexis Gruss et celui de la compagnie les Farfadais, comptant parmi les meilleurs acrobates aériens au monde. Voltiges, portés et acrobaties à cheval ou dans les airs, équilibres et jongleries, ballets aériens et aquatiques, carrousel à 26 chevaux et poste équestre à couper le souffle… Présentés sur 3 espaces scéniques, ces tableaux de haut niveau entraîneront le public, 2h30 durant, dans l’univers féérique de Quintessence : plus de 40 chevaux, 20 artistes d’exception, une chanteuse et un orchestre live.

Ma petite famille a passé un très bon moment, ils ont tous deux été impressionnés par les prestations des chevaux, par l’orchestre live et n’ont pas vu le temps passé. Miss G a eu un peu peur quelques fois, lorsque les chevaux passaient au bord de la scène. Mon mari en a pas mal parlé autour de lui car il a vraiment été agréablement surpris par le spectacle et l’a recommandé pour une sortie sympa en famille. Vous trouverez toutes les infos ici.

Une sortie au cinéma

Ballerina

Ballerina : C’est l’histoire d’une petite bretonne qui s’échappe de son orphelinat pour aller vivre son rêve à l’Opéra de Paris. Je vous ai fait un condensé de l’histoire, car je vous invite à le découvrir au cinéma, il est super chouette. Même qu’à la fin, j’avais ma petite larme au coin de l’oeil (mais c’est mon côté fleur bleue, sûrement).  Profitez en, il est encore à l’affiche ! (et encore merci Karine !)

tous-en-scene-fr2petit

 

Tous en scène : Buster Moon est un élégant koala qui dirige un grand théâtre, jadis illustre, mais aujourd’hui tombé en désuétude. Buster aime son précieux théâtre au-delà de tout et serait prêt à tout pour le sauver. C’est alors qu’il trouve une chance en or pour redorer son blason tout en évitant la destruction de ses rêves et de toutes ses ambitions: une compétition mondiale de chant. Cinq candidats sont retenus pour ce défi: Une souris aussi séduisante que malhonnête, un jeune éléphant timide dévoré par le trac, une truie mère de famille débordée par ses 25 marcassins, un jeune gorille délinquant qui ne cherche qu’à échapper à sa famille, et une porc épic punk qui peine à se débarrasser de son petit ami à l’égo surdimensionné pour faire une carrière solo. Tout ce petit monde va venir chercher sur la scène de Buster l’opportunité qui pourra changer leur vie à jamais. Vu par Miss G et son papa, il parait qu’il est drôle et qu’on ne s’ennuie pas (pourtant, son papa ne semblait pas convaincu en partant de la maison….).

Une sortie à Disney Village 

Pas toujours facile d’emmener ses enfants à Disneyland, que ce soit pour des raisons de budget ou de logistique. J’ai prévu d’y emmener Miss G mais sans sa soeur, et en ce moment c’est un peu compliqué. Mais je les ai emmenées à Disney Village. Nous avons déjeuner là bas, puis nous avons fait un tour dans les boutiques et je dois dire qu’il est impossible de ne pas retomber en enfance là bas, tellement on en prend plein les mirettes. Pour manger, vous pouvez essayer le Annette’s dinner, le Planet Hollywood ou encore le Café Mickey (je reviendrai sur ce dernier dans un billet plus détaillé). Pensez à réserver en avance pour être tranquilles !

Je vous souhaite de passer de bonnes vacances et surtout de bons moments en famille,

D.

 

 

Publicités

La vérité vraie

img_6817

Une photo de notre séjour à Roussillon…

On m’avait prévenue que ce serait dur, mais j’avais mal évalué la chose. Alors à toi, nullipare ou parent en devenir, j’ai envie de te dire la vérité vraie, ou plutôt ma vérité.

Devenir parent est une étape, (voire une épreuve) bouleversante dans tous les sens du terme. Il y aura l’échange du premier regard où tu comprendras peut être l’l’évidence, ou peut être pas et ce ne sera pas grave. Il y aura les premiers pleurs, les angoisses nocturnes qui te rendront folles, les embrouilles à deux balles avec tout le monde pour tout et n’importe quoi. Les remises en questions sans cesse, pour savoir si tu fais bien, si fais assez, si tu n’en fais pas trop.

Il y aura les envies d’être seule, loin de tout et l’impossibilité viscérale de t’éloigner de tes petits. Il y aura cette culpabilité maternelle de vouloir du temps pour toi alors que tes enfants sont si dépendants de toi.

Il y aura même des fois où tu te demanderas si tu n’as pas fait une connerie. Des soirs où tu t »imagineras ta vie si tu n’avais pas d’enfants, des nuits que tu passeras à bercer ton nouveau né tandis que tes amis feront la fête.

Il y aura aussi les paris avec ton mec sur quoi faire pour calmer bébé, et tu verras que ça peut devenir très agaçant.

Il y aura peut être même des fois où tu te cacheras pour pleurer mais tu ne sauras même pas pourquoi. Ce ne sera pas le baby blues, ce sera peut être le blues tout court.

Tu verras le gros coup de vieux que tu prendras en 5 ans à peine. Tu useras de subterfuges pour sembler moins crevée, moins usée par les 1000 « mamaaaaaans » auxquels tu dois répondre chaque jour.

Mais très honnêtement, et je te le dis droit dans les yeux : entendre le rire de tes enfants, même quand t’as passé une sale journée, que tu es au bout du rouleau, que tu veux tout envoyer valser, ça efface tout. Et ça vous 1000 fois le coup ❤

D.

 

 

Survivre à l’arrivée d’un nouveau né

bébé maman

En voilà un titre bien ambitieux. Je vais être honnête, je n’ai aucune solution universelle et je n’ai pas la prétention de vous proposer un guide pour traverser les premières semaines qui seront forcément houleuses.

En revanche, je vous propose de découvrir ce qui nous a aidé, et pourquoi pas, de les essayer :

  1. Prendre l’aide qu’on nous propose : à la naissance de Baby O, son papa n’a pas pu poser les jours de congé paternité. Alors quand ma maman m’a proposé de venir à la maison une petite semaine, j’ai tout de suite dit oui. Pour une control freak comme moi, la spontanéité de ma réponse fut étonnante mais quel bonheur d’avoir eu ma maman à mes côtés pour me permettre d’aller chercher Miss G ou de courir chercher des courses de dernière minute, et surtout pour m’aider au quotidien dans les tâches ménagères, la cuisine, les filles… (et je vous assure que cela ne perturbe pas du tout la mise en place de la relation avec votre bébé, si chacun remplit son rôle sans déborder sur celui des autres bien sur).
  2. D’ailleurs, pour éviter de courir partout après la naissance, j’aurais dû mieux préparer la venue de mon deuxième bébé. Oui, sa chambre était prête mais je ne m’étais pas assez projetée sur les équipements et je me suis retrouvée à acheter une baignoire plus petite et mieux adaptée, à détartrer le bib’expresso à la dernière minute… J’étais sûre que ça pouvait attendre son arrivée mais visiblement, les hormones ont mis mon cerveau sur OFF les derniers mois. J’aurais du anticiper à fond, m’imaginer avec le bébé dans les situations du quotidien, cela m’aurait permis d’économiser de l’énergie.
  3. Essayer de ne pas prendre de retard : le biberon est fini ? Je le lave de suite. Ca ne prend que quelques minutes et permet de ne pas laisser les trucs chiants s’accumuler pour ainsi, ne pas être (trop) débordé. Idem pour les repas : si je n’avais pas eu d’aînée à gérer, j’aurais mangé tous les jours sur le pouce sans me prendre la tête mais là, il fallait faire un minimum d’efforts. J’ai privilégié les plats consistants que je pouvais préparer à l’avance et super rapides à faire (poulet basquaise, sauté de veau, rôti en cocotte). En vingt minutes c’était plié et au moment du repas je n’avais pas à stresser, il fallait juste réchauffer (oui alors ce n’étais peut être pas les recettes complètement traditionnelles mais vous saisissez l’idée)
  4. Dormir : je ne vais pas vous dire de dormir quand ils dorment, moi je n’ai jamais réellement réussi car il faut bien avancer. Mais je me suis écoutée et quand je me sentais naze, je laissais les loisirs (le blog, les lecture, les séries…. vous voyez de quoi je parle ?) ou les tâches ménagères de côté pour tenter de récupérer.
  5. Se coucher tôt : les premières semaines, dès que Miss G était au lit et que Baby O avait fini sa putain de crise du soir, je filais me coucher. Je crois que c’est ce qui m’a sauvée, vraiment. Il y a même un soir où je me suis couchée à 20h30, avec mon bébé en écharpe, assise dans mon lit.
  6. Parler : dire quand on en a marre, quand on se sent dépassée, quand on a le moral en berne. Ne pas avoir honte d’angoisser pour des trucs à la con et oser pleurer quand les hormones font les montagnes russes. Dire à sa moitié ce qu’on attend de sa part, et se répartir les missions.
  7. Préparer les nuits : Baby O a passé quelques semaines dans notre chambre. Chaque soir, avant d’aller me coucher, je préparais un sac avec les biberons de la nuit, déjà remplis, et les doses de lait. J’avais monté le bib expresso dans ma chambre, aussi je ne me levais presque pas. Et je la changeais une fois sur deux, sauf cas de force majeure (elle n’a eu aucun problème, ses fesses vont bien).
  8. Préparer les journées : dans la même idée, je préparais les doses en avance, ainsi que les biberons. Comme cela, je gagnais du temps quand c’était l’heure H.
  9. Lâcher prise sur le reste : accepter que le linge ne soit pas repassé toutes les semaines, laisser de côté certaines tâches ménagères par forcément primordiales et se concentrer sur l’essentiel : les enfants. Ca m’a fait un bien fou au moral de ne plus me foutre une pression de dingue, complètement inutile.

Voilà, je ne trouve pas de dixième « tip »… Mais j’espère très sincèrement que mon expérience pour vous aider pour les premières semaines avec bébé.

A très vite,

D.

 

3 mois


Je crois que vous me connaissez déjà un petit peu, car ma maman vous parle souvent de moi. Je suis arrivée il y a maintenant trois mois et c’est la belle vie ! Au début je pleurais beaucoup, surtout le soir au grand désespoir de mes parents. Mais depuis quelques semaines, je n’ai plus mal au ventre, je n’ai plus trop peur quand vient la nuit et je dors super bien. J’ai découvert mes mains, c’est trop fun, je peux attraper pleins de trucs. J’adore parler toute seule dans mon lit mais si je suis dans le salon, je ne supporte pas qu’on ne me parle pas. Alors je pleure et je m’arrête dès qu’on me cause.

Vous connaissez déjà ma grande soeur, c’est mon idole. Dès que je l’entends, je me mets à faire du pédalo et à gazouiller pour qu’elle me repère. Elle est super gentille avec moi, le matin elle vient me voir quand je me réveille et je lui montre tout ce que je sais dire maintenant. Alors elle répète « haaaaa, hoooo, areuh ! » et je suis trop fière. Bon parfois elle me sert très fort pour me faire des bisous et je n’aime pas trop. Et puis elle râle parce que je pleure, ou parce que je ne sais pas encore jouer comme elle. Mais elle est trop cool quand même.

Il y a mon papa, qui est super content parce qu’il paraît que je suis son portrait. Comme Miss G ressemble beaucoup à maman, ça fait « un partout, la balle au centre ». Il me fait des voix bizarre et ça m’amuse, et il me dit tout le temps « t’as pas l’impression de te voir quand tu me regardes Baby O ? ». J’aime bien être dans ses bras, ils sont plus musclés que ceux de maman…

Ma maman a une voix très aiguë quand elle me parle mais j’aime bien, je trouve ça marrant. Au début elle pleurait souvent et surtout quand je lui faisais des sourires, heureusement elle va bien mieux. J’adore quand on se parle toutes les deux et puis aussi quand je fais ma sieste sur elle. On lui a beaucoup dit que ça me donnerait de mauvaises habitudes mais je sais aussi m’endormir seule dans mon lit. J’aime bien quand elle mange mes pieds et surtout quand elle me masse. On a fait un atelier ensemble à l’atelier des mums : une révélation !

Et puis il y a mes grands parents, ils sont tous gagas de moi. Surtout ceux qui pensaient que ce ne serait pas le cas, vu que je suis la deuxième. J’ai entendu dire qu’ils sont mêmes encore plus à fond… Ils sont aux petits soins pour moi, ça me fait plaisir quand j’entends qu’ils sont dans la maison.

Il paraît que je vais bientôt aller chez la nounou, je l’ai déjà rencontrée et elle est très gentille. Je vais avoir des copains là bas, je pourrai faire comme Miss G. Je sais que ma maman redoute un peu ce moment mais tout va bien se passer d’après elle.

Je suis contente d’être arrivée ici, je vous redonnerai des nouvelles très vite !

Baby O.

Uriage pour Baby O

FullSizeRender

Pour Miss G, j’ai essayé pas mal de produits pour le bain. Certains dont j’aimais l’odeur, d’autres que j’ai achetés en grande surface car je n’avais pas le temps d’aller ailleurs et parfois, ça s’est soldé par des réactions cutanées assez carabinées. Il y a une marque qui est à jamais bannie de la maison, tellement elle lui a bousillé la peau.

Pour Baby O, je n’avais pas encore fait mon choix et un matin, j’ai reçu la gamme Uriage à la maison. Je ne connaissais pas du tout les produits pour bébé (mais j’étais déjà cliente des crèmes hydratantes adultes pour le visage).

Nous les utilisons depuis maintenant près de trois mois : l’huile lavante et la crème hydratante lui conviennent bien. Elle n’a jamais fait de réaction et la crème a été particulièrement efficace les premières semaines, lorsqu’elle a pelé. J’aime bien l’odeur de cette gamme et le savon gras est facile à appliquer. Les premiers jours je n’étais pas à l’aise au moment du bain alors c’était sympa de ne pas galérer à la savonner. J’appréhendais d’ailleurs que l’huile me rende les mains glissantes mais pas du tout.

J’utilise également la crème pour le change lorsqu’elle a de légères rougeurs, mais je ne pense pas l’utiliser en cas de gros érythème. J’ai déjà mon produit fétiche qui a fait ses preuves avec sa grande soeur.

Je resterai sur cette gamme pour sa toilette dans les mois et les années à venir, puisqu’elle lui correspond bien. Et puis cette odeur… ❤

C’était le mardi beauté pour Une Parisienne à Vincennes.

D.

Les angoisses nocturnes du nourisson

103005634

Il y a toujours des parents qui disent « les quoi ? Les angoisses du soir ? Ha non, on ne connaît pas ! ». Mais chez nous, on connait et on s’en serait bien passés.

Ce phénomène se produit les premières semaines de vie du bébé : dès la fin de la journée / à la tombée de la nuit / au moment où vous êtes sur le point de mourir de fatigue, il se met à hurler non stop. Tandis que je galérais, je me suis promise de refiler les astuces qui nous ont permis de calmer Baby O. Et à la maison on dit souvent « chose promise, chose due » (surtout Miss G qui a bien retenu le truc, principalement quand ça l’arrange).

*laisser la lumière allumer : effectivement, le soir il faut dormir donc en berçant bébé, on espère qu’il s’endorme et il vaut mieux être dans le noir. Sauf qu’il angoisse déjà pas mal donc autant limiter les frais ! On s’est vite aperçus que Baby O pleurait moins fort dès qu’on rallumait la lumière. Et dans ces moments là, on développe une ouïe très sensible à l’intensité des pleurs.

*chanter : des comptines, des classiques. On chantait même des trucs qui ne voulaient rien dire juste pour fredonner un petit air et ainsi la calmer.

*serrer son bébé fort : n’oublions pas que cet enfant a passé plusieurs mois confiné dans un utérus. Se retrouver dehors, sans aucun repère, est hyper perturbant donc le fait de le tenir en le serrant le rassure. L’emmaillotage a fonctionné certains soirs, cela lui permettait d’avoir les bras et les jambes bien maintenus comme lorsqu’elle était dans mon ventre.

*masser ses petites jambes : radical chez nous. Je ne connaissais pas cette méthode pour Miss G mais il y a quelques semaines j’ai participé à l’atelier des murs et dès le soir même, le massage l’a calmée instantanément. Je vous conseille de faire un tour sur le site : c’est comme si vous retrouviez vos copines pour échanger des astuces concernant l’éveil de bébé (ou votre grossesse), entourée d’experts en périnatalité. Chaque mois, vous recevez une newsletter vous présentant le programme et vous pouvez visionner des vidéos. Cela permet d’apprendre certains gestes, c’est super lorsqu’on n’a pas accès à certains ateliers dans sa région (massage, portage, etc). Vous pouvez essayer pendant 15 jours gratuitement, je serais ravie d’avoir votre retour si vous vous inscrivez !

*le porter en écharpe : mon mec était sceptique mais a vite été convaincu. En quelques minutes, Baby O s’endormait paisiblement contre moi. Cela nous a sauvé des soirées, nos tympans et nous a permis de dîner tous les trois (même sur le pouce, c’était déjà ça). Pour apprendre à nouer l’écharpe, j’ai visionné des tutos et je me suis toujours mise au-dessus de mon lit au moment de l’installer ou de la défaire, par précautions (purement psychologique). J’en profite pour préciser une chose : on entend souvent « ne le porte pas trop, tu vas lui donner de mauvaises habitudes ». Baby O sait s’endormir seule, ne réclame pas les bras constamment, adore nous observer dans son transat. Je suis persuadée que les rassurer leur permet d’avancer de manière paisible.

*lui faire écouter des bruits blancs : avez-vous remarquer que votre bébé s’endort quand vous passez l’aspirateur ou lorsque vous séchez vos cheveux ? Ce n’est pas évident de mettre tous ces appareils en marche entre 19h et minuit mais sachez qu’il existe des applications dédiées à cela. Et ça rend bien service !

J’espère sincèrement que ces quelques pistes vous aideront, si vous êtes arrivés ici en cherchant comment calmer les angoisses du nourrisson. Et, foi de Mamanx2, je vous confirme que ça passe comme c’est venu.

D.