Babies made in Asia …

Hier au JT de 20h, j’ai entendu parler des femmes qu’on achète (!) dans les provinces chinoises, car ces régions sont dépeuplées d’êtres XX. Bon, pour le coup, le mec qui « achète » une nana censée être chinoise se fait avoir car bien souvent ce sont des femmes vietnamiennes. Au delà de ce mensonge se pose le problème de l’immigration clandestine, car ces jeunes vietnamiennes ont été enlevées à l’âge de 15 ans et n’ont donc pas de papiers … Vlà le bordel.

Ce sujet m’a révoltée, d’autant plus qu’il pose un problème grave : la considération des femmes en Chine et plus largement en Asie. Pour avoir travaillé avec ce pays et l’Inde, je peux vous raconter différentes versions :

1/ ma collègue chinoise, vivant à Canton, n’avait pas le droit de connaître le sexe de son bébé. Son gynéco risquait de sérieux problèmes en le lui révélant. En effet, avec la politique de l’enfant unique, la plupart des familles veulent un garçon alors je vous laisse deviner ce qu’il se passe si elles attendent une fille … Du pur barbarisme. Et quand elles ne choisissent pas l’indicible là bas (autrement dit, le meurtre du foetus), certaines décident l’abandon de leur enfant. Attention, je parle de cas précis et je ne fais surtout pas de généralités. D’ailleurs ma collègue a eu une fille (avec une petite déception tout de même) et la petite va très bien, elle grandit paisiblement avec sa famille.
Et dans le cas où ma collègue aurait voulu tenter le coup et avoir le fameux « choix du roi » (clin d’oeil aux bloggeuses qui ont traité ce thème récemment) : elle n’aurait plus aucun avantage social (alors déjà qu’elle n’en a pas beaucoup …).

Mais voilà quoi ! C’est tout de même incroyable de « préférer » à ce point avoir un garçon ! Surtout que cela pose le problème du manque de femmes…

2/ avant d’aller en Inde, j’avais entendu parler du phénomène dans ce pays également. Mes contacts là bas ont tout nié, mais d’après les enquêtes des ONG, le soucis est bien réel : c’est une malédiction de donner naissance à une fille et une fille coûte cher à sa famille, avec la dot. Elle est alors considérée  comme un fardeau financier car les frais de son mariage peuvent engloutir les économies de toute une vie. D’où le choix de (certains) parents qui bafouent la loi, en accord avec les médecins, pour connaître le sexe de l’enfant (donc, dans les 5 mois de grossesse) et avorter.

J’ai lu des choses atroces sur le sujet : les mères donnant naissance à un fille peuvent être battues et rejetées par leur belle famille, il existe des cas isolés de vols de bébés garçons, des petites filles sont tuées à la naissance avec un rituel macabre : »pars et envoie nous un frère ».

A cause des docteurs peu scrupuleux devant des billets passés sous le manteau et des parents complètement aveuglés par les traditions, l’Inde ne comptait que 93 femmes pour 100 hommes en 2001 et il « manquait » 36 millions de femmes (sur 1 milliard d’Indiens) qui ne sont pas nées, qui ont été tuées à la naissance ou qu’on a laissé mourir en bas âge.
10 ans plus tard, on recense 914 fillettes pour 1000 garçons (en France, 100 filles pour 105 garçons).

A l’heure où des tests sanguins permettant de connaître le sexe de son bébé dès 7 semaines de grossesse et des kits pour avortement illégaux sont en vente sur le net, pouvons-nous nous attendre au pire ?
Le progrès semble encourager ces populations à régresser et à ne pas changer …

Avez-vous entendu parler de ces pratiques ? Y croyez-vous ? Pensez-vous que les mentalités puissent changer ?

G.M

Mini geek … pompe à fric ?

J’ai pris connaissance hier d’un drôle de phénomène : comme chacun sait, les enfants sont très attirés par les smartphones, tablettes, etc … Les fabricants leur proposent d’ailleurs des applications assez sympa, telle l’appli le « village des Schtroumpfs ».

Cette appli est gratuite (du moins, sur Iphone). Vous tapez votre mot de passe pour l’installer, filer l’appareil magique (avouons-le, les nouvelles technologies aident parfois à occuper les marmots et … ça fait du bien !) à votre gamin et … pendant 15 minutes, plus besoin de taper le mot de passe pour valider les prochaines installations, qu’elles soient gratuites … ou payantes ! Et c’est là que ça se corse : de nombreuses familles se sont retrouvées avec des achats exorbitants sur Itunes, à cause des achats intégrés (ce sont les options qu’on vous propose d’ajouter pour progresser dans le jeu).

Alors, comment expliquer à un enfant, qui n’a forcément pas encore la vraie notion de l’argent, qu’il s’agit du compte en banque de papa et maman ?

Avec sa dernière mise à jour, Apple a mis en place une protection qui vise à demander le MDP systématiquement à chaque achat intégré, mais :

*beaucoup ne connaissent pas ces achats intégrés
*tous les appareils ne sont pas forcément mis à jour par les utilisateurs
*les Iphone 3G ne peuvent pas installer la MAJ 4.3 (c’est ballot)

Bref, soyons vigilants !! Bien sur, cela relance le débat de l’utilisation de ces appareils par des enfants, mais bon … il faut vivre avec son temps.

Alors, dans un monde où le racket envahit les cours de récré, évitons de le laisser s’infiltrer dans les foyers … faites tourner !

G.M

Un heureux évènement, le film

Comme ce film tombe bien !!

Bon, je suis sortie de la période « up and down », mais ça fait du bien de voir un peu de sincérité au sujet de la maternité.
Depuis que je suis maman, je m’interdis de prononcer le fameux « tu verras, ce n’est QUE du bonheur » aux futurs parents qui m’entourent car pour moi, c’est faux. Oui, c’est super de donner la vie, mais avouons le, ce n’est pas tous les jours facile à gérer.
Voici le synopsis : 

« Elle m’a poussée dans mes retranchements, m’a fait dépasser toutes mes limites, m’a confrontée à l’absolu : de l’amour, du sacrifice, de la tendresse, de l’abandon. Elle m’a disloquée, transformée. Pourquoi personne ne m’a rien dit ? Pourquoi on n’en parle pas ? ».

Un heureux événement ou la vision intime d’une maternité, sincère et sans tabous.


Ce qui m’a interpellée, c’est le « pourquoi on n’en parle pas ? ». En effet, après la naissance de ma fille je me suis demandée pourquoi on nous rebattait les oreilles durant la préparation à la naissance sur l’ « avant » et le « pendant » accouchement … mais pas sur l’ « après » … alors qu’il y en a, des choses à dire ! Ce tsunami d’émotions, cet amour incommensurable et à la fois cet immense désarroi face à un être de 52 cm (oui, là, je parle précisément pour moi !). Et surtout, la peur que ce bébé ne nous aime pas …
Je vous file le lien de la BA :
Ca me semble assez bien résumer certaines situations vécues et malheureusement, trop souvent tues …
Et vous, comment ça s’est passé, l’arrivée de bébé ?
G.M

"Bébé mode d’emploi" : pas mal !

Bon, je sais que je dois me reposer, mais on pète vite un plomb enfermée à l’appart’ (surtout moi).

Je me suis donc fait une toile et je suis allée voir « Bébé mode d’emploi » (oui, ça ne s’invente pas !).
J’avais très envie de le voir, malgré des critiques très sévères.

Effectivement, le film véhicule pas mal de clichés, mais on sait bien que ce n’est pas du grand cinéma, il s’agit de passer un bon moment. Et on rit beaucoup, les dialogues sont souvent tranchants et la petite fille est adorable. J’avoue que j’ai versé une toute petite larme, mais n’oublions pas que je suis bourrée d’hormones (et que j’ai la larmichette facile aussi …)

Mais, je me suis posée quelques questions pendant la séance :

*pourquoi, dans les films américains, les jeunes couples avec un enfant ont tous des maisons de 200 m2 ?
Ils pourraient y loger une équipe de foot, mais non, ils ont juste leur bout de chou …

*comment fait Katherine Heigl pour concilier sa boutique de pâtisserie, la petite dont elle a la garde, l’entretien de la (grande) maison et avoir un look toujours au top (avec accessoires qui vont bien, talons de 12 et brushing impec’) ?

*comment se fait-ce que les ruptures soient si faciles dans les films américains ? Un simple « tu vas me manquer », le monsieur ferme la porte et s’en va et basta. Ha non, il manquait un peu de vaisselle qui casse, de pleurs, de cris …

En tous cas, ça nous met la pression, je trouve : moi j’aimerais bien pouvoir faire un superbe gâteau à ma fille pour son premier anniversaire, avec des étages, des fées, des cupcakes, et ouvrir la porte aux invités avec un super jean et mes Louboutins … mais sans me dévaloriser, je ne pense pas que ce sera le cas ! (déjà, je pense que je ne rentrerai plus dans mes jeans car même sans se goinffrer, le corps bouge pendant la grossesse et les hanches s’installent bien … et mes Loub’ sont au placard depuis 1 mois ….).

Malgré tout ces petits clichés, je vous invite à aller le voir (si possible entre filles, cela ne sert à rien d’infliger la séance à votre chéri) et vous m’en direz des nouvelles !

G.M