Ce qu’il y a derrière une photo

J’ai longtemps hésité avant d’écrire ce billet mais en discutant avec des mamans, je me suis aperçue que je n’étais pas seule à sentir ce que je vais vous raconter. Et nous sommes toutes arrivées à la conclusion suivante : « on ne nous prévient pas de ce qui risque d’arriver ». Honnêtement j’avais peur que sans le ton, je laisse penser que je suis en pleine dépression post partum.

Je vais bien, très bien (Maman, Tata, les copines, pas de panique !). Mais il y a des hauts et des bas (pour la chanson des G Squad, c’est cadeau).

Pour commencer, voici une photo prise jeudi dernier :

thumb_12742414_811299685643229_324277918875732716_n_1024

 

J’avais la pêche et le sourire, malgré la fatigue. Puis vendredi soir, épuisement total. Plus moral que physique d’ailleurs. Ce qui a donné un samedi matin avec une sorte de gueule de bois, l’envie de pleurer à tout bout de champs. L’impression d’être complètement dépassée par la situation et me demandant si je retrouverais un jour la forme (et le sommeil).

Je suis consciente d’être chanceuse, mes enfants sont en bonne santé. Je suis hyper bien épaulée mais parfois, j’ai l’impression de me noyer. Comme si je doutais de ma capacité à gérer la situation avec deux enfants (et surtout, avec un nouveau né). Les pleurs du soir sont épuisants, ils arrivent bien évidemment au moment où tout le monde a envie de souffler et de dormir.

Et puis au risque de choquer, il y a des jours où la maman active en moi tourne en rond. Et il suffit d’un regard sur Baby O ou sur Miss G pour que la maman poule se réveille et s’inquiète de la séparation lors du retour au bureau.

Je m’émeut devant les sourires de mon bébé, j’angoisse à cause du temps qui passe mais j’ai tellement envie de la voir grandir, de la guider sur le chemin de la vie. Je n’arrive pas à lui consacrer autant de temps que je le voudrais, en plus ce sont les vacances et sa grande soeur demande beaucoup d’attention également, ce qui est normal.

Alors oui, il y a des jours où j’ai le sourire comme ci-dessus. Mais il y a des moments plus durs. Et il paraît que c’est normal, dixit les docteurs à qui j’en ai parlé. Il faut neuf mois pour faire un bébé et il faut laisser autant de temps à notre corps pour s’en défaire. Les hormones sont encore là, il faut être indulgente envers nous-même et en parler.

Je pensais devenir folle à la naissance de Miss G mais la gynécologue m’avait rassurée. Je pensais passer au travers pour la naissance de Miss O mais je suis en plein dedans.

Pardon pour ce billet décousu, mais vraiment, je voulais en parler pour les mamans qui ressentent ces sentiments ambivalents.

Belle soirée,

D.

Publicités

4 réflexions sur “Ce qu’il y a derrière une photo

  1. Julie Breton dit :

    Comme je te comprends ! C’est un peu comme moi ce matin j’ai également posté une photo de moi toute souriante, et cet après-midi j’ai pas arrêté de vouloir pleurer pour diverses raisons ! Mais on sait ce qui nous joue des tours et s’amuse avec nos émotions, il faut essayer d’être patientes…et courageuses ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s