L’ambivalence du mercredi

Le mercredi, je suis à la maison. Alors le mardi, je suis à l’affut des tuto DIY pour enfant sur la toile et je me languis d’être au lendemain matin pour profiter à fond de notre journée.

Sauf que…. Bizarrement, c’est très souvent le jour qu’elle choisit pour se lever encore plus tôt que d’habitude (encore un peu et on serait au beau milieu de la nuit). Se réveiller plus tôt que pour aller bosser, ça fait mal aux cheveux. Et puis, « ze veux mon laiiiiiiiiiiit », « on met doraaaaaaaaaaaaaaaa !!!!! » ou encore « non, ze ne veux pas le ssocolaaaaaaat » (en mode chouinage), il y a mieux pour commencer la journée.

Bref, il est donc à peine 08h45 et nous sommes déjà habillées, l’aspi est passé (je pense que mes voisins me détestent mais je pars bientôt) et je peux commencer à préparer à manger pour le midi, histoire d’avoir la matinée tranquille. Sauf que…. je dois travailler de chez moi le mercredi matin : alors à partir de 09h je suis en mode working mama. Il est très difficile de concilier les deux, d’autant plus que je culpabilise de ne pas être bureau alors que mes collègues y sont, et que je culpabilise de ne pas assez jouer avec ma fille (mais je ne suis pas folle vous savez !)

Bref bis, j’explique qu’il ne faut pas taper sur l’ordinateur de maman, ne pas s’asseoir sur l’ampli de papa, ne pas émietter l’ourson au chocolat tandis que j’appelle la salle des marchés pour acheter des devises. Il est enfin midi, je suis libre en théorie au niveau de mon job. Mais je suis moralement épuisée. Il m’arrive même d’envisager de dire à mon boss « ça te dit pas que je vienne bosser le mercredi ? »

Mais une fois qu’elle est à la sieste, elle me manque. Je n’attends qu’une chose : qu’elle se réveille (enfin, pas trop tôt quand même) pour qu’on s’amuse ensemble et qu’on se créée des souvenirs. J’ai la chance de pouvoir passer une journée complète avec elle, ce sont des moments privilégiés. Je m’en veux de me dire que je serais mieux au bureau et de me languir d’être à jeudi. Alors l’après midi, on en profite à fond : peinture, câlins, dessins animés, préparation de gâteaux pour le goûter….

Car quand vient le soir, après le dernier bisou et le « ze t’aime, maman » accompagné d’un gros câlin, je me dis « zut, c’est déjà fini »….

D.

 

Publicités

2 réflexions sur “L’ambivalence du mercredi

  1. Buchholzer Chantal dit :

    C’est trop joli ton histoire. Et c’est pour cela que le mercredi ça n’a pas de prix et qu’il faut les préserver pour se fabriquer des souvenirs…..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s