Mais comment c’était, avant ?

Je me suis posé la question ce week end : comment était notre vie avant ce mois d’avril 2011 ? Cela semble proche et en même temps, j’ai l’impression que c’était une autre vie, une vie antérieure. Voici les grandes lignes de ce qui a changé :

*les matins : avant, je me levais 40 minutes avant l’heure de mon départ pour le bureau. Je partais à l’heure, l’appartement était rangé , et je mettais même des talons hauts. Ha et surtout, le matin était silencieux, avec I Télé en fond sonore mais pas trop fort.

Maintenant, je me lève 1h avant le top départ, je me magne tout le temps (pour me préparer, pour prendre mon petit dej, pour préparer la miss, pour ranger l’appart’) ; si tu as suivi, tu as compris que l’appartement est toujours rangé quand je pars sauf que je suis limite en retard (surtout quand je me lève plus tôt, j’ai remarqué) et que je ne mets plus que des chaussures plates. I Télé a laissé place à Maya l’abeille et Franklin.

*mon travail : avant, je voyageais loin. Je suis partie à Canton, à New Dehli pour trouver les petits articles de décoration qui trônent peut être chez vous. Je parlais anglais toute la journée, développais tel produit dans tel coloris, négociais les tarifs avec les fournisseurs. Je consultais mes mails le matin sur mon Blackberry, en prenant mon petit dej, pour ne pas perdre de temps avec l’Asie (décalage horaire….). Ce job me passionnait. Je restais au bureau le soir sans hésiter pour finir un dossier ou mettre en place le showroom.

Maintenant, j’occupe un poste tout aussi passionnant mais complètement différent.  J’arrive à 08h30 pour repartir à 17h et je ne sors pas le midi pour compiler mes heures et en récupérer le mercredi. Chaque minute est précieuse (heureusement que je ne fume pas, je n’oserais même pas sortir faire de pause clope). Si je pars à 17h04, je rate mon train. Autant te dire qu’à partir de 16H58, il ne vaut mieux pas m’appeler « pour un petit renseignement ».

*mes soirées : avant, je rentrais du travail en mode zen : tiens tiens, si je regardais un peu la télé ? Ho, tiens je vais me faire les ongles et m’épiler. Et puis après je ferai des lasagnes et un tiramisù, j’en amènerai au bureau les filles seront contentes.

Maintenant : on franchit le seuil de l’appartement vers 18h20. Au taquet ! On se douche, on joue un peu ensemble, on dîne et il est déjà l’heure d’aller se coucher pour la miss. Donc l’heure pour moi de profiter de ma soirée pour blogger, payer les factures, faire des achats en ligne. Je suis peut être abrutie mais le soir, je ne parviens pas à faire ce genre de choses si elle rode autour de moi. Quant aux lasagnes et au tiramsù, je n’en fais que le week end.

Mais si j’écris ce billet, ce n’est pas pour me plaindre ! Nous menons tous de front des vies hyper rythmées. Je me rends surtout compte que cette vie d’avant, celle qui ne tournait qu’autour de moi, était vraiment fade. Insipide et banale. Aujourd’hui, il y a une petite brunette d’à peine 1 mètre qui met du pep’s dans notre vie, nous fait éclater de rire plusieurs fois par jour et nous donne plus d’amour que je n’aurais jamais imaginé. Ca vaut tous les matins / soirées calmes, tous les talons hauts et les jobs de la Terre.

Et vous, c’était comment, avant ?

D.

Publicités

21 réflexions sur “Mais comment c’était, avant ?

  1. julia dit :

    Mmmm alors pour ma part c’est différent étant donné que je n’ai pas encore de pitchou mais avant c’étais très différents, c’étais les cours, les divers boulot, les sorties, je courrais partout. Aujourd’hui je suis posé chez moi je me réoriente dans un nouveau boulot une nouvelle formation ou je n’ai plus besoin de courir à droite à gauche, le soir je me pose avec le Monsieur et le week end c’est cocooning … 🙂 voilou en tout cas j’ai bcp aimé ton article surtout la fin 😉
    A bientôt

  2. Carole Nipette dit :

    Avant je ne rangeais pas l’appart le matin et aujourd’hui rien n’a changé, je ne le fais toujours pas le matin 🙂
    le gros changement c’est que je ne pars plus jamais l’esprit complètement léger, je suis responsable de quelqu’un d’autre que moi, tout le reste n’est qu’organisation !

    • D. dit :

      Oui c’est vrai, la notion de responsabilité est totalement là. Un matin, j’ai oublié mon portable à la maison, je ne te dis pas la panique ! Heureusement j’avais les coordonnées de la nounou pour la prévenir en arrivant au bureau et lui donner un numéro, mais j’ai angoissé le temps du trajet qu’il lui arrive quelque chose et qu’on ne puisse pas me joindre :-/

  3. cetaitcommentavant dit :

    C’est bien la question que je me suis posée quand j’ai choisi le nom de mon blog !!
    Mais comment c’était avant ?!
    Et bien j’aurai presque du mal à me rappeler ! et hormis quelques sorties (resto, ciné..) qui me manquent, je ne me rappelle pas comment c’était avant l’arrivée de mes 2 puces pleines de vie !!

  4. petitetartine dit :

    Avant je jonglais entre l’entreprise sur Paris et l’école à Noisy, alors autant te dire que je n’avais pas de rythme. Durant 2 semaines je me levait à 5H30 puis 2 semaine plus tard 8H00. Un planning bien planifier tous les jours, je rentrais, je préparais à mangé, je me douchais et révision à fond.
    Maintenant la fin de mon contrat étant terminé, on va dire que je suis en vacances prolongés, je continu à me lever vers les 8H00 (pour garder UN RYTHME) et je fais le tour de mon apparte.

    Alors oui mes 2 années en alternance m’ont pompé toute mon énergie mais au moins je n’avais pas une minute pour m’ennuyer ^^.

    • D. dit :

      Oula oui tu m’étonnes !!! Tu dois apprécier de souffler un peu !
      Moi aussi, je me suis retrouvée un temps à la maison (période de chômage) mais je gardais également un rythme en me levant comme toi, c’était super important pour moi

  5. ilonalibeyre dit :

    Je me vois quand ce que tu décris, avant c’était exactement ça , et maintenant j’en ai 3 et c’est animé , la course du matin au soir, le plus dur pour moi c’est de m’être complètement oubliée, de ne plus avoir le temps et de courir dans le stress …. mais comme tu dis à côté de ça, l’amour de nos enfants vaut de l’or, quand je suis épuisée le soir, j’ai hâte qu’ils dorment, mais aussitôt mon corps détendu, je réalise la chance que j’ai d’avoir des enfants
    Profite de ta puce car ça grandit tellement vite !
    A bientôt
    http://vidochluje.blogspot.com

  6. Maïko dit :

    De mon côté, c’est une des raisons qui font que je m’interroge sur le fait d’avoir un jour un enfant parce que je l’aime bien ma vie « fade, insipide et banale » ;P (qui ne l’est pas à mes yeux mais ça c’est un autre débat !).
    J’ai peur de me sentir vite étouffée dans une vie où il faut tout le temps courir, orgainser, où on peut prendre très peu de temps pour autre chose que de l’intendance (repas, douche, factures….).
    Le problème c’est qu’une fois que le dit enfant est là on ne peut pas revenir en arrière si jamais ça ne convient pas :/.
    Après il paraît qu’on vit plusieurs vies en une, alors peut-être qu’un jour je serait prête à renoncer à une partie de mes activités et envies actuelles pour une toute autre aventure….(ou pas !)

    • D. dit :

      Mais ta vie à toi n’est pas « fade, banale et insipide » :-p

      Et quand je me revois « avant », je t’assure que j’adorais ma vie… Simplement (alors que je n’aurais JAMAIS pensé dire cela), j’ai l’impression que ma vraie vie à commencé avec elle…. Et encore une fois, je n’aurais jamais pensé dire cela (avant, pour moi les enfants c’était beau mais c etait surtout la galère etc….)

      Merci pour ta contribution !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s