Ambivalence maternelle, mon amie

Comme le temps passe vite. C’est une phrase que je sors un peu trop à mon goût, ces derniers mois. Mais alors même que je pense avec nostalgie à la période où Miss G n’était qu’un tout petit bébé, je me réjouis de voir la petite fille qu’elle devient au fil des jours.

C’est bizarre, d’être une mère. Je parle pour moi, bien sûr, à moins que vous soiyez d’accord ? Voir comme elle me suit partout et cherche ma reconnaissance à chacun de ses gestes me flatte mais parfois, ne me permet pas de souffler. C’est étrange çar elle a un caractère assez indépendant et n’est pas câline. En revanche, elle est proche de moi. Alors l’ambivalence apparaît : j’ai envie de temps pour moi mais j’ai besoin d’être avec elle.

Elle s’exprime de mieux en mieux mais je suis la seule à réellement saisir son langage alors elle vient me voir pour se faire comprendre rapidement. Elle vient me chercher en disant « alléééééé, Maman, bien, on zou » (allez, Maman, viens on joue) car elle sait que je me prête facilement au jeu. Souvent je suis occupée mais j’ai décidé de laisser mes occupations de côté. Je ne veux pas passer à côté de ces moments privilégiés et regretter, plus tard, de voir qu’elle n’a plus envie de jouer avec moi, mais avec ses amies. Ce jour arrivera bien assez tôt et j’espère bien le vivre. Car il faut admettre que c’est très sympa pour l’ego d’être autant indispensable au bonheur de son enfant, non ?!

D.

 

nous

 

Publicités

2 réflexions sur “Ambivalence maternelle, mon amie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s